Fiabilité générale des boites de vitesses DSG

0

Fort des quelques articles concernant la boite de vitesses automatique à double embrayage du groupe Volkswagen Audi, nous souhaitions vous parler de la fiabilité générale des boites de vitesses DSG. Alors, les boîtes DSG / S-Tronic sont-elles fiables ?

En effet, bien qu’elle soit mise en avant pour son efficacité et son confort d’utilisation, il existe de nombreuses critiques à son encontre, concernant sa fiabilité. Si vous avez lu nos autres articles sur la DQ200 par exemple, vous avez que parfois, des véhicules très peu kilométrés sont concernés par des soucis.

Nous souhaitons ici vous aider à comprendre le vrai du faux, vous aider à bien acheter un véhicule équipé d’une boite DSG / Stronic et vous indiquer quels peuvent être les VRAIS symptomes d’une boite DSG qui ne fonctionne pas correctement.

 

Comment repérer une boîte DSG qui ne fonctionne pas correctement ?

Sur une boite manuelle, on peut tester l’embrayage, c’est assez simple, et vous allez voir que le test d’une boite DSG à double embrayage est tout aussi simple à réaliser.

Il suffit simplement de procéder par étape et d’être attentif lors de votre test.

Tout d’abord, il faut tester la boite

Vous souhaitez acheter un véhicule équipé d’une boite DSG / Stronic et lors de votre essai, vous vous demandez, comment tester la boite DSG ?

Faites un test routier, avec une conduite souple, puis une conduite un peu plus sportive.

  • les vitesses passent elles correctement ?
  • le sélecteur de vitesses réponds il correctement ?
  • utilisez le mode manuel et passez un à un les 6/7 rapports

Ensuite, lors que vous êtes à l’arrêt, passez le D (drive), à P (parking), en prenant votre temps.

  • la boite donne t elle des accoups ?
  • remarquez vous des vibrations ?
  • lorsque vous êtes sur P, remarquez vous des vibrations ?
  • lorsque vous êtes sur D, avec le pied sur le frein, remarquez vous des vibrations ?

D’autres symptômes importants

Lors de votre essai, à l’arret, vous aurez peut être remarqué un bruit, qui est l’un des symptômes d’un mauvais fonctionnement, il doit vous alerter.

En effet, si vous remarquez un bruit de ferraille en position P (parking) et N (neutre, point mort) c’est qu’il y a un soucis au niveau des embrayages de la boite DSG.

Nous l’avons vu dans nos différents articles, en particulier sur la DQ200 et DQ250, une boîte de vitesse DSG peut devenir bruyante dès 20 000 km parcourus.

C’est un problème connu chez le constructeur, alors que la durée de vie normale des embrayages de DSG est d’au moins 250 000 km.

Une vidange ainsi qu’un remplacement des embrayages est alors au programme, suivi d’une mise à jour de la méchatronic de DSG.

Quelques témoignages

L’acheteur, mal chanceux d’un VW Touran 2.0 TDI 140cv équipé d’une boite DSG6, affichant 180 000kms nous a rapporté une Mechatronic de DSG en défaut. Le précédent propriétaire lui avait indiqué que la vidange de DSG avait été effectuée alors qu’il n’en était rien. Un remplacement de la Méchatronic a du être effectué, avec vidange etc.

Différentes personnes faisant de petits trajets en ville comme des infirmières ou encore des chauffeurs de taxis nous ont rapporté des embrayages de DSG à remplacer avant 80 000kms. Pour ces véhicules, circulant en ville et équipés de moteurs diesel avec un FAP, la régénération de ce dernier sollicite l’embrayage.

Lors de cette régénération, le régime moteur augmente (même à l’arrêt) et cela sollicite anormalement l’embrayage. Une mise à jour de la Méchatronic permet de corriger de phénomène, même si une vidange et un remplacement des embrayages sont parfois obligatoires.

On a aussi relevé des faiblesses sur les embrayages sur les moteurs essence, en 1.4 TSI avec des vibrations, des broutements, de légers blocages, des rapports qui sautent. Ici, la gestion de la Méchatronic et l’huile de boite sont en cause.

Une personne intéressé par une VW Scirocco 1.4 TSI (DQ200) a trouvé le comportement de la boite de vitesses d’un des véhicules essayé très désagréable. Des vibrations assez importantes alors que le véhicules était en mode P, et des passages de rapports comme un peu hésitants en mode Drive. Lors du parcours, il a aussi pu remarquer que les rapports patinaient un peu. Le propriétaire n’avait jamais rien remarqué puisque le véhicule avait toujours eu ce comportement.

Toute fois, lorsque l’on connait le comportement d’une boite DSG DQ250, DQ380 ou encore DQ500, le comportement de cette DQ200 n’inspirait alors pas confiance.

Si vous achetez un véhicule : Comment bien acheter un véhicule en DSG

Lorsque l’on souhaite acheter un véhicule, le carnet de suivi est important, surtout pour un véhicule avec une boite DSG. Vous devez contrôler que les services ont bien été effectués pour la boite DSG, dans le carnet d’entretien.

Une vidange est en effet recommandée par le constructeur pour votre boite. Vous pourrez retrouver toutes les périodicités sur les différentes fiches des boites DSG que nous avons réalisé, mais en général, une vidange tous les 60 000kms est obligatoire.

Si vous avez affaire à un véhicule préparé, avec un Stage 2, la vidange de DSG devra avoir été effectuée tous les 30 000kms, c’est une recommandation importante.

Des modèles de la boîte DSG plus fragiles que d’autres ?

D’un point de vue général, ce sont les “petites” boites DSG qui peuvent poser problème. Les boîte automatiques du groupe Volkswagen équipent aussi bien les Audi (appelées S-Tronic), les Seat, et les Skoda.

Il existe de nombreuses boites de vitesses DSG / Stronic au sein du groupe, mais nous n’allons ici voir que les 2 boites qui posent problème actuellement.

 

DQ250 et DQ200

On note en effet des soucis d’embrayage en usage urbain sur la boite DSG DQ250. On note aussi de nombreuses casses de la Méchatronic de DSG. Parfois l’entretien est en cause, la vidange n’ayant pas été effectuée en temps et en heure.

Sur la boite DSG7 DQ200, on note des bruits de ferraille, des vibrations, broutements de l’embrayage, patinage, ainsi que des comportements hasardeux lors des passages de rapport ainsi qu’une durée de vie raccourcie des éléments de la boite tels que les embrayages.

Notre site des 20 véhicules à risques

Si vous comptez acheter un véhicule équipé d’une boite DSG, vous devez faire attention à son entretien.

Il est important que la vidange de DSG7 DQ200 ai été effectuée, puisque c’est cette boite qui pose des problèmes de fiabilité en général.

Il y a par ailleurs eu de nombreux rappels de la part du groupe VAG, pour des mises à jour du TCU, ainsi que des vidanges. Aussi, voici un résumé des modèles qu’elle équipe :

Marque Modèle Motorisation
A1 1,4 l TFSI 122/140/185 – 1,6 l TDI 90
A3 (à partir de 2009) 1,2 l TFSI 105 – 1,6 l 102 – 1,4 l TFSI 122/125/140 – 1,8 l TFSI 160/180 – 1,6 l TDI 105
TT 1,8 l TFSI 160
Ibiza (à partir de 2008) 1,2 l TSI 105 – 1,6 l 105 – 1,4 l TSI 150/180 – 1,6 l TDI 90
Leon (à partir de 2010) 1,2 l TSI 105 – 1,8 l TSI 160/180 – 1,6 l TDI 105
Altea 1,8 l TSI 160
Toledo (à partir de 2012) 1,4 l TSI 122 – 1,6 l TDI 90
  Fabia (à partir de 2010) 1,2 l TSI 105 – 1,4 l TSI 180
Roomster 1,2 l TSI 105 – 2,0 l TSI 105
Rapid 1,4 l TSI 122 – 1,6 l TDI 90
Octavia 1,2 l TSI 105 – 1,4 l TSI 122 – 1,8 l TSI 160/180 – 1,6 l TDI 105
Yeti 1,2 l TSI 105 – 1,4 l TSI 122
Superb 1,8 l TSI 160
Polo (à partir de 2009) 1,4 l 85 – 1,2 l TSI 105 – 1,4 l TSI 140/180 – 1,6 l TDI 75/90
Golf 1,2 l TSI 105 – 1,4 l TSI 122/140/160 – 1,6 l TDI 105 – 1,9 l TDI 105
Coccinelle 1,2 l TSI 105 – 1,4 l TSI 160 – 1,6 l TDI 105
Jetta (à partir de 2009) 1,6 l TDI 105 – 1,9 l TDI 105 – Hybrid
Scirocco 1,4 l TSI 160
Touran (à partir de 2010) 1,4 l TSI 140 – 1,6 l TDI 105 – 1,9 l TDI 105
Passat (à partir de 2009) 1,4 l TSI 122 – 1,8 l TSI 160 – 1,6 l TDI 105
CC 1,4 l TSI 160 – 1,8 l TSI 160

 

Comment régler le problème et fiabiliser une boite DSG ?

Vous l’avez compris au travers de nos différents articles sur la boite de vitesses DSG, l’huile et le programme de la Méchatronic de DSG sont importants.

L’huile est la toute première chose sur laquelle vous pouvez et sur laquelle vous DEVEZ intervenir. En effet, vous devez prendre soin d’effectuer les vidanges régulièrement, tout comme pour votre moteur.

Certaines boites sont fortement sollicitées, comme celles des véhicules qui tractent et plus encore lorsqu’il s’agit de véhicules tels que des taxis. L’huile supporte mal la chaleur et l’humidité conjuguée à de multiples arrêts et redémarrages. Vous devez prendre conscience qu’au bout de quelques dizaines de milliers de kilomètre, que cette huile se charge de particules issues de la partie mécanique et que l’huile perd alors de ses capacités lubrifiantes.

En faisant votre vidange de boite régulièrement et en utilisant une huile de qualité, vous permettez à votre boite de fonctionner avec une huile aux parfaites capacités lubrifiantes.

Ensuite, la gestion de votre boite ou encore la reprogrammation de la Méchatronic est un autre élément important. En effet, sur les véhicules préparés, des passages de rapports trop dynamiques usent prématurément les double embrayages et usent l’huile plus rapidement.

Vous vous devez donc également de prendre soin de faire vos vidanges de DSG si votre boite est reprogrammée.

Une prise en charge ? Problème connu par VW ?

Le groupe VAG est bien entendu au courant des soucis rencontrés sur ces boites DSG et en particulier sur la DQ200.

Ainsi, lors d’un passage en atelier, vous pouvoir réclamer une intervention avec vidange et mise à jour du programme de DSG. La vidange sera effectuée avec une huile de meilleure qualité que celle d’origine

Pour cela, profitez d’une opération de maintenance telle que le changement de pneus, d’ampoule, etc… Ce sera pris en charge gratuitement dans ce cadre. Attention, certaines personnes indiquent que des garages disent ne pas savoir quoi faire. Pour eux, rien n’apparaît à la valise et ce problème de bruit de ferraille est lié à la conception. Il ne faut pas se désarmer, il s’agit d’un vice caché (garantie illimitée dans le temps).

Dans le cas où ces opérations demeurent inefficaces (les problèmes persistes), c’est que la boîte est endommagée. Malheureusement, il faudra procéder à son remplacement avec une prise en charge de la marque pondérée par votre kilométrage et l’âge de la voiture.

Par exemple, pour un Touran de 2010 1,6 l TDI 105 totalisant 70 000 km, le remboursement pour la boîte cassée est de 100 % (6 000 à 10 000 € !). Pour 50 000 km et le double embrayage HS, 100 % également (environ 2 000 €). 50 % pour 100 000 km. Normalement, Volkswagen qui reconnait les soucis, joue le jeu pour payer la facture.

Faut-il s’alarmer ?

20+ modèles à risques et un certain nombre de motorisations, on ne peut pas dire que le cas est isolé même si tous les acheteurs ne choisissent pas une boîte automatique.

De plus, les conséquences de ces défaillances entraînent des coûts de réparation qui chiffrent en milliers d’euros, une dépense qui pèse pour les automobilistes.

Reste à savoir si le tir va être rapidement corrigé par le groupe Volkswagen – faudra-t-il attendre une nouvelle génération de boîte ? – qui est au courant des mésaventures avec la DSG.

La situation mérite donc d’être suivie et les acheteurs des modèles incriminés très regardant sur le suivi de la boîte.

Informations précieuses concernant le « comportement du calculateur (TCU) en cas de défaut » dans la boîte de vitesses

Le calculateur (Méchatronic de DSG) fonctionne avec un logiciel de haut niveau technologique. Ce logiciel est capable d’exécuter, de surveiller et de piloter des fonctions électriques à une vitesse qui se compte en millisecondes. Tout ce que l’électronique moderne »peut offrir« de mieux dans son application à une boîte de vitesses, »se retrouve« dans ce calculateur. Il faut également tenir compte de cela lors du dépannage.

Cependant, aucun système électronique ne peut faire ce pour quoi il n’a pas été créé. Par exemple, le système installé ne peut pas détecter électroniquement l’endroit où le carter de boîte n’est pas étanche et où de l’huile s’écoule. Mais il est capable d’identifier les conséquences qu’entraîne une »insuffisance d’huile«. Ainsi, dans un tel cas, il serait tout d’abord détecté un défaut dans le cadre de la « surveillance des vitesses » ; ensuite, le calculateur réagirait en ouvrant les deux embrayages (pas de liaison mécanique).

Vous devriez avoir cela à l’esprit pendant le dépannage, mais aussi pendant les travaux réalisés avec le contrôleur. Il peut arriver que pendant la procédure appelée Assistant de dépannage, l’origine du défaut ne soit pas identifiée.

Parallèlement au logiciel, beaucoup de mesures ont été prises pour protéger la boîte en cas de panne (fonctions de sécurité). Ainsi, si cela est nécessaire, un défaut est mémorisé lors de son apparition et un programme de substitution est lancé.

Comportement d’une Méchatronic en défaut

Si un composant tombe en panne dans une boîte de vitesses, le calculateur réagit donc en lançant une fonction de remplacement. Etant donné que la boîte de vitesses doit bénéficier d’une grande protection, on distingue 4 réactions face à des défauts :

  1. Le défaut est de si faible importance qu’un programme de remplacement peut permettre de poursuivre le trajet et de garantir une conduite en toute sécurité. Le conducteur ne sera pas informé de ce problème par le biais de l’indicateur de position du levier sélecteur -Y5-. L’affichage continue en effet d’indiquer tout à fait normalement la position du levier sélecteur. Il sera tout au plus constaté une modification du comportement du véhicule.
  2. Certaines positions du levier sélecteur clignotent dans l’indicateur de position du levier sélecteur -Y5-. Il est ainsi signalé au conducteur que le rapport choisi n’est momentanément pas disponible. Un exemple : marche arrière engagée, levier sur « R » et le véhicule recule. Si, dans cette situation, le rapport « D » est engagé, la lettre « D » clignote dans l’indicateur de position du levier sélecteur -Y5-. Dans ce cas précis, le calculateur empêche le passage du 1er rapport pour ne pas endommager la boîte de vitesses. Ce n’est que lorsque le véhicule sera arrêté que le rapport pourra être engagé.
  3. L’indicateur de position du levier sélecteur -Y5- est entièrement éclairé et clignote. La position du levier sélecteur est reconnaissable car mise en valeur. Un exemple : la température de l’huile de boîte est trop élevée. Les raisons peuvent être notamment : dispositif d’attelage avec charge trop importante, aménagements supplémentaires à l’avant du véhicule, »manque d’air de refroidissement«.
  4. La position du levier sélecteur n’est pas identifiable. L’indicateur de position du levier sélecteur -Y5- clignote. Des modifications du comportement du véhicule pendant la conduite et le passage des rapports sont nettement perceptibles. Il n’est pas possible de passer la marche arrière. Cela signifie qu ‘il y a un »défaut grave«, une sous-boîte est déconnectée, une réparation est absolument indispensable.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.